Vous allez apprendre à réaliser une console de jeux pour lancer les jeux rétro (ancienne génération) sur votre télévision.

Réaliser sa console

Vous utiliserez le Raspberry Pi 3 Model B, c’est un petit ordinateur d’une quarantaine d’euros aux dimensions d’une carte de crédit qui a suffisamment de puissance pour lancer les anciens jeux d’une quarantaine de consoles. Par contre, la Dreamcast et les consoles de salon à partir de la génération PlayStation 2, GameCube et XBox ne sont pas supportées. Vous pourrez aussi utiliser votre Raspberry comme Media Center et lire des films et musiques grâce à Kodi qui sera préinstallé.

rapsberry pi 3.jpg
Raspberry Pi 3 Model B

Le Raspberry Pi va contenir des émulateurs et des roms. L’émulateur est un traducteur qui va lire le contenu d’un jeu (rom ou ISO pour les CDs) et le rendre lisible par l’ordinateur. Il y a un émulateur pour chaque console, vous n’aurez pas à les télécharger ils seront tous inclus. Quand on lance un jeu on appel ça émuler ou l’émulation. Il faut à peu près 8 à 10 fois la puissance de la console pour pouvoir l’émuler correctement, cela peut varier aussi selon l’optimisation de l’émulateur et la complexité à le traduire.

Télécharger un jeu que vous possédez déjà sur la même plate forme émulée est parfaitement légal. Ce guide n’est pas responsable des téléchargements que vous effectuerez. Aucun site de téléchargement ne sera cité ici.

Matériel

Minimum

Pour réaliser cette console, il vous faudra compter au minimum 125 euros de matériel avec une manette.

Voici la liste du minimum requis. Vous pouvez opter pour des répliques de manettes telles que des manettes de Nintendo 64 ou de Super NES qui se branchent en USB. Si vous prenez une manette de XBox 360 vous n’aurez aucune configuration à faire, les autres manettes devront l’être. Prenez une capacité d’au moins 64 Go si vous comptez y inclure des jeux plus gourmands tels que ceux de la PlayStation, mais aussi si vous comptez y stocker des films.

Optionnel

Installation de Recalbox

Formater sa carte mini SD

Par défaut les cartes SD sont formatés au format exFAT et ont des fichiers cachés. Vous allez devoir tout supprimer et utiliser le format FAT32 pour qu’elle soit bootable (démarrable) sur le Raspberry Pi, autrement le LED du Raspberry restera orange et vous n’aurez rien à l’écran.

Formater sous Linux

Sous Linux vous avez GParted, il est souvent préinstallé. Après l’avoir lancé sélectionnez votre carte mini SD en haut à droite, pour la reconnaitre regardez son espace de stockage qui sera plus petit que votre disque dur ou SSD. Sélectionnez votre carte en haut à droite, elle s’appellera/dev/sdc. Si vous avez plusieurs partitions faites un clic droit sur chaque et cliquez sur « Unmount ». Ensuite, sélectionnez-les et faites la touche Suppr. Vous n’aurez plus qu’une ligne avec d’écrit « unallocated ». Ensuite Partition > New, la partition doit faire la taille maximale et indiquez FAT32. Pour appliquer les changements faites Edit > Apply All Operations ou Ctrl + entré.

formatage carte SD.png
Formatage de la carte SD

Vous devez fermer GParted pour que la clé soit monté à nouveau et visible dans l’explorateur de fichiers. La mienne porte le nom « 64 GB Volume ».

Formater sous Windows et Mac

Entre-temps formatez votre carte SD. Sous Windows et Mac vous avez SD Card Formater. Lancez l’application depuis: C:\Program Files (x86)\SDA\SD Formatter

Télécharger Recalbox

Vous allez commencer par télécharger le système d’exploitation, il est libre, c’est une distribution de Linux basé sur Debian qui porte le nom Recalbox. Il contient tout les émulateurs préinstallés et le logiciel libre appelé EmulationStation préconfiguré qui va se lancer au démarrage et vous permettre de naviguer parmi les différents consoles et jeux. Vous aurez aussi Kodi pour transformer votre Raspberry en media center.

recalbox
L’interface de Emulation Station

EmulationStation est aussi disponible sur Windows, Mac et Linux mais il vous faudra le configurer et télécharger les émulateurs.

Vous avez aussi RetroPie, mais celui-ci demande plus de configurations et a des chargements plus lent. Une vidéo compare la vitesse des deux: https://youtu.be/TKAUuqBVY_M?t=1m15s

Quand le .zip est téléchargé, décompressez-le et transférez tout sur votre carte mini SD formaté en FAT32.

Allumer le Raspberry Pi

Il n’y a pas de bouton Power sur le Raspberry Pi, vous devrez brancher l’alimentation en dernier. Pour le reste, il n’y a pas d’ordre, il faut connecter un clavier, la carte mini SD avec Recalbox (le connecteur est à l’arrière) et un câble HDMI relié à la TV.

La LED du Raspberry Pi reste en orange ?

  • Vérifiez que la carte SD, clavier USB et cable HDMI sont bien enfoncé.
  • Est-elle bien au format FAT32 ? Par défaut elle est en exFAT qui n’est pas un format bootable. Elle ne doit contenir qu’une seule partition.
  • Avez vous bien formaté votre carte SD avant de déposer les fichiers dedans ? Si vous supprimmez les anciens fichiers celà risque de ne pas marcher car certains sont cachés.
  • Avez vous fini de transférer tous les fichiers ou fini de télécharger l’archive de Recalbox ?

Recalbox va créer de nouvelles partitions dans votre carte SD dont la partition /share/ dans laquelle sera stockée les roms (les jeux). Il va créer des dossiers pour chaque console. Il faudra au moins un jeu pour que la console apparaisse dans le menu de Recalbox c’est pour cela que toutes les consoles n’apparaitront pas dans l’interface.

Si vous utilisez un joystick de XBox 360 vous n’aurez pas de configuration à faire sinon il vous sera demandé de configurer les touches du joystick.

Configurer le joystick (sauf manette XBox 360)

Appuyez sur Start puis Controllers Settings > Configure a Controller puis pressez les différentes touches demandées.

Activer le mode DualShock pour la PlayStation dans RetroArch

Certains jeux PlayStation étaient sortis avant l’arrivée des manettes avec analogues (l’analogue ayant été inventé par Nintendo pour la Nintendo 64). Dans ces jeux par défaut l’analogue va être utilisé pour simuler les flèches directionnelles. Pour les jeux qui utilisent les analogues (et les flèches directionnelles pour d’autres fonctions) vous devez entrer dans les options de l’émulateur. Pour ça une fois le jeu lancé faite Home et le bouton A de la manette XBox 360. Vous arriverez dans un menu de configuration qui gère tous les émulateurs appelés RetroArch.

Pour valider dans RetroArch c’est la B et A pour la touche retour.

Allez dans Quick Menu > Option. A « Pad 1 Type » utilisez la flèche pour mettre analog au lieu de standard. Revenez en arrière, dans Quick Menu > Controls, à la ligne « User 1 Device Type » mettez « RetroPad w/ Analog » et à celle d’en dessous « User 1 Analog to Digital Type » mettez « None » au lieu de « Left Analog ». Cette dernière option sert à utiliser l’analogue à la place des flèches, dans les jeux qui utilisent les manettes DualShock (les analogues PlayStation) il faut le mettre sur None sinon cela va entrer deux boutons à la fois l’analogue et les flèches.

Pour sauvegarder allez dans le menu principal de RetroArch et appuyez sur B de la manette à la ligne « Save Current Config ».

Ajouter des roms

Après que Recalbox ai créé vos partitions, vous pourrez y accéder depuis Linux. Windows ne peut pas les lire, car elles utilisent le système de fichier qu’il ne connait pas: ext4. Il vous faudra pour Windows passé par le réseau qui est plus lent qu’un transfère direct. Je vous conseille si vous utilisez Windows de créer une clé USB contenant Linux pour vos transferts.

Après avoir inséré la carte mini SD dans le lecteur de votre ordinateur vous verrez dans l’explorateur de fichier à gauche dans device « share » ou « share0 » c’est pareil. Si vous ne le voyez pas tapez le chemin /media/votrepseudo/. Vous verrez un dossier roms et à l’intérieur des dossiers pour chaque console. Pour pouvoir transférer et supprimer des roms vous devez passer en administrator, faites clic droit depuis n’importe quel dossier tant que vous êtes dans /share/ et faites « Open as Administrator ».

Vous pouvez aussi taper cette commande:

sudo -i nautilus

ajouter un rom en admin.png
Ajout de roms en administrateur
  • Vous devrez d’abord extraire les archives sur le bureau puis les transférer, Linux ne vous donnera pas l’autorisation d’extraire directement dans le dossier des roms.
  • Certains émulateurs acceptent les roms en .zip, lisez le readme présent dans chaque dossier pour savoir quel format de fichier utiliser.
  • Dès l’installation de Recalbox vous avez déjà des roms, ce sont des homebrews, des remakes de jeux fait par la communauté si vous voulez les jeux originaux. Télécharger des homebrews est légal.
  • Pour chaque rom il y a des parenthèses avec une lettre écrite à l’intérieur, il s’agit de la « région ». Le (E) signifie Europe, (U) USA et (J) Japan. Les versions (E) proposeront parfois de changer de langue et la langue française.
  • Pour revenir au menu principal après avoir lancé un rom faites la touche home (bouton central de la manette XBox 360) + start.

Trouver des roms

Ce guide ne vous donneras pas de site internet pour télécharger des roms. Pour en trouver tapez le nom du jeu, éventuellement la console si il était multi plateform suivi et le mot rom dans la recherche.

Mettre à jour et changer la langue de RecalBox

Branchez votre Raspberry Pi au réseau Ethernet, dans le menu principal appuyez sur Start, dans le menu allez dans System Settings > Updates > Start Updates. Dans System Settings vous verrez l’option pour changer la langue.